“Le féminisme nous a ouvert les yeux sur la violence conjugale. Il a contribué et continue de contribuer à l’évolution positive de notre société”, peut-on lire dans la quatrième de couverture du livre “Violences faites aux hommes : une réalité taboue et complexe” de Yvon Dallaire. Cependant, il ne faut pas se duper : la violence faite aux hommes existe aussi. 

28% de ces violences sont envers des hommes

Dans une société où l’homme est éduqué dans la virilité, le tabou de l’homme battu est bien réel. Bien que la majorité des cas soient des femmes victimes de violences conjugales, il n’en demeure pas moins que 28% de ces violences sont envers des hommes (Selon l’enquête cadre de vie et sécurité de l’Insee de 2019). 

82 000 : chiffre choc

En effet, en France, environ 82 000 hommes sont victimes de violence conjugales en France. En 2018, seulement 12% des victimes enregistrées par les services de police ou de gendarmerie étaient des hommes, selon les chiffres du Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI). De plus, selon l’étude nationale faite par le ministère de l’intérieur sur les morts violentes au sein du couple, 28 hommes ont été tués par leur conjointe ou ex-conjointe. (Information du quotidien Le Monde). 

Il vaut mieux présenter la violence dans son intégralité

Selon le livre d’Yvon Dallaire, la raison de ces violences faites aux hommes est simple. “Elles ont fait de la violence conjugale un débat politique, où l’homme est perçu comme l’abuseur et la femme la victime, plutôt que de présenter la violence dans son intégralité. Or, c’est un réel phénomène social dont les causes et les solutions ne sont pas d’ordre politique ou sexuel, mais plutôt socio-économique”, peut-on lire dans ce petit livre de 63 pages paru en 2002. 

Des associations à votre écoute

Il existe à ce jour quelques associations en France qui luttent contre les violences faites aux hommes : Stop Hommes Battus, SOS-Papa, Comité contre l’esclavage moderne et SOS-Amitié. Ils sont là pour conseiller tout homme en situation de détresse totalement gratuitement. Il faut aussi savoir que seulement 3% des hommes victimes portent plainte contre 17% des femmes victimes. 

Raphaël DELAPRÉE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici