La journée mondiale du bandeau blanc contre la pauvreté a lieu tous les 1er juillet. Cette tradition remonte à 2005 depuis son opération « 2005 : plus d’excuses ! ». En effet, le port du bracelet blanc à votre poignet est un signe de soutien à l’action mondiale contre la pauvreté. Dans de nombreux pays, les associations jouent le jeu face à une extrême pauvreté qui prend de plus en plus de terrain pour la première fois depuis près d’un quart de siècle. 

150 millions de personnes en plus sous le seuil d’extrême pauvreté 

La crise de la Covid-19 n’arrange en rien la situation économique. Selon un rapport de la Banque mondiale publié mercredi 7 octobre 2020, la crise sanitaire va faire basculer, d’ici la fin de 2021, jusqu’à 150 millions de personnes sous le seuil d’extrême pauvreté, fixé à 1,61 euro par jour. C’est alarmant, et inquiétant, d’autant que celle-ci devrait toucher environ 9 % de la population mondiale. 

Situation sanitaire catastrophique 

En effet, sur 50 pays les plus pauvres du monde selon l’indicateur de développement humain (IDH), 33 se trouvent en Afrique subsaharienne, où l’on retrouve un taux très élevé de malnutrition, d’illettrisme et d’une situation sanitaire désastreuse. Selon l’OMS, plus d’un milliard de personnes ont été exclus des bienfaits du développement économique et des progrès de la médecine qui ont marqué le XXe siècle. 

Inégalités dans le domaine de la santé 

Les inégalités dans le domaine de la santé sont aussi flagrantes puisque à titre d’exemple, ceux qui vivent dans la pauvreté absolue, le risque de mourir avant l’âge de cinq ans est cinq fois plus grand que pour les groupes plus favorisés. Dans certains pays d’Afrique subsaharienne, près de 50 % des habitants vivent dans la pauvreté absolue et le risque de décéder au cours d’une grossesse est de 1 sur 12, contre 1 sur 4000 en Europe. 

Augmentation des pauvres en France

Depuis la pandémie mondiale de la Covid-19, le nombre de personnes “pauvres” a augmenté en France. Rupture d’activité, chômage partiel, étudiants sans sous, les restos du cœur n’ont pas chômé, bien au contraire. En métropole, ils ont observé une nette augmentation de 30 % des demandes d’aide alimentaire depuis la crise de la Covid-19. En effet, le Conseil national de lutte contre la précarité et l’exclusion sociale (CNLE) fait état de l’augmentation de la pauvreté à cause de la pandémie en France. 

2 millions de personnes au RSA au bas mot

La France comptait déjà environ 9 millions de pauvres (vivant avec moins de 1070 euros par mois), mais “cette crise a été à la fois un révélateur et un amplificateur des inégalités sociales de la pauvreté”, explique Fiona Lazaar, présidente du CNLE, à nos confrères de l’AFP. Selon l’Insee, le nombre d’allocataires du RSA a passé la barre des deux millions (+ 4,8 %) et le chômage a augmenté de 6,3 % sur un an. Devant ce constat inquiétant, il vaut mieux se rappeler du dicton “derrière les nuages se cachent toujours le soleil”. 

Raphaël DELAPRÉE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici