La journée internationale de la météorologie est l’occasion de fêter l’entrée en vigueur, le 23 mars 1950, de la Convention qui a institué l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), tout en sensibilisant le grand public sur l’importance d’agir vite sur les questions climatiques et environnementales. Selon un rapport du Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophe, il en résulte que le changement climatique est bel et bien la principale cause du doublement des catastrophes naturelles dans le monde depuis vingt ans. Cette année, OMM a choisi le thème “l’Océan, le Temps, et le Climat” pour guider
nos réflexions sur ces questions plus que cruciales pour l’avenir de la planète.


Plus de 7000 désastres naturels en 10 ans
Depuis l’an 2000, plus de 7000 désastres naturels ont été recensés dans le monde. Ces catastrophes ont tué plus de 1,2 millions de morts et affecté plus de 4 milliards d’individus à travers le globe, notamment en Asie, qui a été particulièrement
touchée. En effet, la Chine est le pays qui a enregistré le plus haut taux (près de 600) de catastrophes naturelles depuis les années 2000. Par la suite, nous retrouvons les États-Unis (plus de 400), puis l’Inde, les Philippines et l’Indonésie.


Risque d’incidents majeurs
Ces changements incontestables s’accompagnent également d’une augmentation sans précédent des températures. En effet, depuis 1999, les vagues de chaleurs ont augmenté de 232%, si ce n’est plus. Les changements climatiques ont participé à
l’augmentation des risques d’incidents majeurs, comme ce fut le cas lors des géantes incendies en Australie en 2019, selon le World Weather Attribution.


Météo-sensibilité et dépression : En plus des catastrophes que les changements climatiques cause, la météo fait partie de notre quotidien à tous, et peut nous affecter intérieurement aussi. En effet, il existe des individus qui souffrent de météo-sensibilité. Les personnes qui sont météo-sensibles ressentent fortement les moindres variations du temps qu’il fait. De ce fait, ils peuvent subir des maux de tête, de la fatigue, de l’hypertension artérielle. Réel source d’angoisse Selon un sondage Ifop de 2018, 85 % des Français seraient inquiets du réchauffement climatique, soit une profession de 8 points par rapport à l’année 2015. Un fait étonnant : ce pourcentage a grimpé à 93 % chez les 18-24 ans. Chez certaines personnes, les questions entourant l’environnement et le changement climatique sont devenues des réelles sources d’angoisse.


Ecrit par Raphaël DELAPRÉE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici