fbpx

Etudes infirmières et programme Erasmus+ à la Croix Rouge

Retrouvez les témoignages des étudiants infirmiers participant au programme Erasmus dans les IFSI de la Croix Rouge

La dimension internationale est dans l’ADN de la Croix-Rouge. Le programme Erasmus+ offre à tous ses instituts de formation une opportunité unique de mettre en place des coopérations pérennes et durables avec des universités de pays en et hors Europe. Il permet de renforcer l’innovation pédagogique, mais aussi sociale et entrepreneuriale des personnels et des étudiants et de proposer des formations tant sanitaires que sociales inclusives et de qualité, adaptées aux évolutions des pratiques professionnelles.

L’objectif de la Croix-Rouge à travers le programme Erasmus+, est de former des professionnels capables de participer à des actions de prévention, d’éducation à la santé et de travailler dans une approche d’altérité et d’interculturalité.

Fort du socle identitaire de la formation Croix-Rouge française qui s’appuie sur 3 idées-force, transversalité/ ouverture / innovation, la mobilité est devenue un axe de développement stratégique de l’IRFSS Nouvelle-Aquitaine.

Elle lui permet d’adapter ses formations aux mutations des pratiques professionnelles et de favoriser l’intégration de ses futurs professionnels dans un univers de travail européen et international. Elle l’a conduit à appartenir à différents réseaux internationaux et européens et à obtenir sa charte Erasmus en 2012.

Son obtention a permis de renforcer l’offre de mobilité faite aux étudiants et aux personnels et ce sont près de 15 accords bilatéraux qui ont été signés avec des universités européennes.

Tout type d’échange avec des partenaires demande un travail en amont qui implique directement les équipes pédagogiques et se traduit par des mobilités de formation des salariés. Cette mobilité des personnels est portée et encouragée par l’institut car elle améliore la connaissance et l’échange sur les référentiels, les organisations pédagogiques des autres pays dans et hors Europe, l’étude des politiques de santé publiques, la participation à l’évaluation du travail accompli par les étudiants sur d’autres lieux de stage.

L’IRFSS Nouvelle –Aquitaine permet aujourd’hui à près d’une centaine d’étudiants par an de profiter d’une mobilité européenne ou internationale.

(cf témoignage en fin d’article)


Cette meilleure connaissance permet à la fois d’accueillir les entrants de façon plus pertinente, mais aussi de partager l’expérience avec l’ensemble de l’équipe pédagogique et des étudiants. La venue d’enseignants étrangers au sein de l’Institut pour dispenser des cours ne fait que renforcer cette volonté de partage d’expériences et d’enrichissement pédagogique réciproque.

La mobilité des personnels restera soutenue durant les 7 prochaines années afin de travailler avec différents partenaires sur la mise en place de mobilités d’études entrantes et sortantes.

En effet, la mobilité développe chez les étudiants l’adaptabilité au changement et c’est une réelle opportunité d’intégration dans la profession. Elle ouvre des perspectives vastes d’employabilité du fait de l’apport d’expériences culturelles et sociales mais aussi de la pratique linguistique courante et spécialisée.

La crise sanitaire mondiale actuelle, liée au Covid-19, nous renforce dans cette volonté de partager nos expériences et nos expertises dans le champ sanitaire et social avec l’ensemble de nos partenaires.

Chaque pays, chaque professionnel médico-social met en œuvre actuellement des pratiques, des réponses, des procédures, qui une fois partagées devraient leur permettre de répondre plus efficacement à une situation d’urgence. Elle nous oblige également à travailler à la mise en place de mobilités virtuelles, fondamentales tant pour les étudiants que pour les personnels et essentielles pour répondre à la volonté d’inclusion et d’innovation de l’IRFSS. Se former ou former au sein d’une université étrangère sans se déplacer, permet de rendre la mobilité accessible au plus grand nombre et de développer des comportements plus respectueux de l’environnement.

L’IRFSS va donc travailler à la création d’un campus virtuel, lieu d’innovation et d’apprentissage international.

Depuis 2015, l’IRFSS Aquitaine coordonne également des projets de partenariats dans le champ de l’innovation en s’appuyant sur son appartenance à des réseaux internationaux ou européens. Ces projets développés avec des partenaires issus du monde universitaire, institutionnel ou entrepreneurial ont permis à ses étudiants et ses formateurs de travailler avec des méthodes pédagogiques inédites.

Les productions réalisées dans le cadre de ces partenariats sont aujourd’hui utilisées bien au-delà des partenaires d’origine et contribuent à renforcer la volonté d’internationalisation de l’IRFSS Nouvelle-Aquitaine.

Parmi ces projets innovants on peut citer PETRHA (Physiotherapy E-Training ReHAbilitation) qui a permis de créer un serious game à destination des étudiants européens en masso-kinésithérapie (https://petrha.eu/) et qui aujourd’hui s’enrichit dans le cadre du projet PETRHA+ (http://petrhaplus.eu).

Le projet ATHOME à destination des intervenants du domicile a permis de créer entre autres un MOOC en 4 langues permettant de valider les compétences indispensables pour travailler dans ce secteur (http://www.projetathome.com/)

Actuellement, le projet Change of View va permettre de développer des outils à destinations des professionnels travaillant dans le champ de la vulnérabilité ( http://www.change-of-view.eu/)

Son ambition est de poursuivre ces projets de coopération dans le champ de l’innovation pour les 7 années à venir.

Pour répondre au mieux à cette évolution, l’IRFSS Nouvelle-Aquitaine a renforcé son Bureau des Relations Internationales.

Ce bureau, piloté par la responsable des relations internationales accompagnée d’une chargée de mobilités, est composé des directeurs de de chaque filière de formation, soins infirmiers, masso-kinésithérapie et travail social. Les services qualité, ressources humaines et financier y sont également associés afin de pouvoir développer des projets solides, cohérents et pérennes.

Afin de répondre encore plus près aux priorités du programme, des représentants des associations étudiantes participeront également aux travaux du bureau, en particulier sur les questions de citoyenneté, d’inclusion et comme force de proposition sur des actions dans le champ du développement durable et de promotion du programme.

Le bureau des relations internationales va également travailler au développement des compétences linguistiques tant de ses étudiants que de ces personnels. Ces compétences sont effet de plus en plus recherchées dans le secteur de la santé. La maitrise d’une deuxième langue par les formateurs sera intégrée comme un des critères de recrutement et l’IRFSS encouragera ses salariés, dans le cadre de la formation continue ou à travers des mobilités de formation, à un apprentissage ou un perfectionnement linguistique.

En consolidant les actions développées dans le cadre du programme Erasmus+, l’IRFSS Nouvelle-Aquitaine, comme l’ensemble de la filière formation de la Croix-Rouge française, s’engage dans la réalité du déploiement et de la modernisation des études supérieures des secteurs sanitaire et social en France et poursuit l’augmentation de la qualité et du niveau de ses enseignements.

TEMOIGNAGES :

Auriane

Étudiante en soins infirmiers  – Stage en Finlande

Je suis partie début février pour un stage Erasmus en Finlande dans le cadre de mon stage pré-professionnel de semestre 6.

            La première semaine j’ai réalisé une semaine d’intégration avec une quinzaine d’autres étudiants en soins infirmier de toute L’Europe. Nous avons repris certaines connaissances de base ainsi que certains soins techniques élémentaires (soins d’urgence, pose de sonde, pansement, bandage…).

            Par la suite j’ai effectué deux semaines en maison de santé. Le système Finlandais est très différent de notre système. Le champ de compétences infirmières est très largement étendu. Par exemple, en maison de santé les infirmières examinent les patients, réalisent les visites médicales tel que les médecins le font en France en cabinet de ville.  Elles ont la responsabilité de donner au patient les noms des traitements qu’elles jugent nécessaires à la prise en soin. Seuls certains traitements sont à prescrire par les médecins : tout traitement en libre-service à la pharmacie, l’infirmière est en droit de les conseiller aux patients (pas de nécessité de prescription pour une grande majorité de traitement, système de remboursement différent du système français).  L’infirmière a la responsabilité d’orienter le patient vers un rendez-vous infirmier ou vers un autre partenaire de soins (kiné, diététicienne, psychologue…). En cas de prise en soins complexe l’infirmière oriente alors le patient vers un rendez-vous avec le médecin. La collaboration entre infirmier et médecin est très marquée dans ce pays, ils forment un véritable binôme de travail. Ces deux semaines ont été tout particulièrement riches dans la mise en œuvre des diagnostics infirmiers. Le travail y était extrêmement varié et ce stage a été très enrichissant.

            Les deux semaines suivantes j’ai effectué mon stage en service de dialyse. J’ai donc pu découvrir le milieu hospitalier. Il n’est pas spécialement différent du milieu hospitalier français, cependant la charge de travail est moins importante (prise en soins de trois patients maximum). J’ai pu prendre le temps d’échanger avec les patients ainsi que les professionnels de santé sur leur mode de vie, leur culture…

A cause de la pandémie de Covid19 mon stage a dû être interrompu et j’ai été rapatriée en France. Deux semaines en service d’orthopédie étaient prévues avant mon départ.

            Il m’a été facile de préparer ce stage en Erasmus. Dès mon acceptation par l’université de Tampere, un mail m’a été transmis me donnant les coordonnées d’une tutrice (étudiante finlandaise) qui m’a aidée pour toutes les démarches (logement, billet d’avion, organisation du séjour…). De plus, les étudiants Erasmus ont un formateur référent afin qu’il puisse répondre à d’éventuelles questions et interrogations pendant toute la durée du séjour.

            A Tampere, au sein de l’université où j’étais rattachée, tout est organisé pour les étudiants Erasmus afin que nous puissions rencontrer plein de monde (du même milieu d’étude ou non) et participer à la vie locale (organisation de soirées, de week-ends, semaines d’intégration…). Très vite on peut sortir de la ville grâce aux vastes réseaux de transport en commun pour être à la campagne et profiter des randonnées sur les lacs gelés, les forêts enneigées et profiter des saunas publics (incontournables en Finlande). Cette expérience unique m’a permis de rencontrer de très nombreux autres étudiants de toute l’Europe et ainsi améliorer mon niveau d’anglais.

Camille et Léa

Étudiantes à l’IFSI de Bègles – Stage en Grèce

« Nous sommes Camille et Léa, deux étudiantes en soins infirmiers en 3ème année de la Croix Rouge de Bègles. Nous avons décidé d’inclure dans notre

cursus d’étude un stage Erasmus. Notre choix s’est porté sur la Grèce, ce pays qui est souvent une destination vacances a été une vraie découverte pour toutes les deux ! 

Notre stage s’est déroulé dans l’hôpital de la ville de Patras, dans le Péloponnèse. Nous avons passé 5 semaines dans le service de maternité et 5 semaines dans le service de chirurgie générale. 

Ce stage nous a permis de rencontrer des infirmières et autres professionnels de santé Grecs, ils ont su nous montrer des façons de soigner différentes des nôtres. 

Il nous a fallu un temps d’adaptation aux pratiques grecques. En effet, la prise en soin, la prise en charge de la douleur et les normes d’hygiènes et d’asepsie sont différentes de celles de France. Cependant, une majorité de Grecs parlent l’anglais. Ceci a été très facilitant pour pouvoir communiquer avec eux. De plus, nous avons pu apprendre quelques bases de la langue grecque lors de nos cours à l’université de Patras. 

En parallèle de ce stage nous avons pu découvrir le pays et ses magnifiques sites historiques. 

Entre nouvelles rencontres, découvertes, et enrichissement, cette aventure restera à jamais gravée dans notre mémoire ! Nous sortons grandies de cette expérience ! 

Ce stage est une chance et il nous permet d’acquérir une certaine ouverture d’esprit qui est nécessaire dans l’exercice de notre profession. 

Nous recommandons aux futurs étudiants de partir à l’aventure dans ce magnifique pays pour la gentillesse de ses habitants mais aussi pour sa délicieuse gastronomie (salade grecque, feta, tsatsiki… 🙂 ! » 

Eliane étudiante infirmière à l’Université de Bologne en Italie

Elle est en dernière année de formation chez notre partenaire italien, et a réalisé une mobilité de stage chez nous pendant trois mois grâce au programme Erasmus+.

Nous l’avons rencontrée pour qu’elle nous partage ses premières impressions…

J’avais envie de partir pour découvrir la formation en soins infirmiers dans un autre pays que l’Italie, je voulais voir comment on prend soin du patient ailleurs. J’ai pour projet de réaliser mon mémoire sur les différentes définitions du soin infirmier.

Je parle plusieurs langues dont le français mais je n’étais encore jamais allée en France, j’ai donc choisi la France pour éviter la barrière de la langue et découvrir ce pays.

Pour l’instant, l’Italie ne me manque pas trop car j’ai réussi à trouver une colocation avec d’anciens étudiants de l’IRFSS et on s’entend très bien. Je vais pouvoir visiter Bordeaux avec eux.

A mon arrivée, j’ai eu la chance de pouvoir assister à une semaine de cours à l’IRFSS avant de partir en stage. Cette semaine a été très enrichissante car j’ai participé aux cours avec les étudiants de 3ème année, j’ai découvert les « laboratoires » et j’ai pu tester du matériel que nous n’avons pas chez nous. J’ai également participé à une journée de tutorat où les étudiants de 3ème année ont formé les étudiants de 2ème année sur certaines pratiques de soins. J’ai trouvé que c’était un exercice très intéressant et convivial qui malheureusement n’existe pas dans ma formation en Italie. Cette semaine a été très bénéfique pour mon intégration car elle m’a aussi permis de rencontrer les étudiants de l’Institut. J’ai pris contact avec certains que je revois aujourd’hui à la pause sur mon lieu de stage.

Je suis actuellement en stage à la Polyclinique de Bordeaux Nord en service réanimation et je vais réaliser mon second stage avec un ancien étudiant de l’IRFSS qui est aujourd’hui infirmier libéral.

J’ai l’impression que les infirmiers français ont beaucoup plus d’autonomie, voire de compétences, dans de nombreux domaines par rapport à l’Italie. Par exemple, nous ne pouvons pas faire de prélèvement artériel. D’un côté cela apporte plus de responsabilités et donc de risques mais d’un autre je trouve que cela qualifie/valorise plus la profession.

Je recommande à tout le monde de partir avec Erasmus+, on apprend énormément. Dans mon cas j’ai pu voir de nombreux soins en pratiques dont j’avais seulement entendu la théorie en cours. C’est une réelle opportunité d’un point de vue pédagogique et j’apprends aussi à adapter mon comportement à de nouvelles situations.

Si j’ai un conseil pour les autres étudiants qui veulent partir, c’est de ne surtout pas baisser les bras face aux difficultés qu’ils pourront rencontrer. Ça ne sert à rien de fuir. Il faut garder ses objectifs en tête, avancer et si besoin s’appuyer sur les personnes qui sont prêtes à nous soutenir (comme ma tutrice que je remercie particulièrement) afin de tirer le maximum de cette expérience.

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.