fbpx
Quelles Plaies journal des infirmiers

Quelles Plaies !

Plaie aiguë ? Plaie en retard de cicatrisation ? Plaie chronique ? A quel moment tout bascule ?

Plaie aiguë ? Plaie en retard de cicatrisation ? Plaie chronique ? A quel moment tout bascule ?
Soigner des plaies fait partie intégrante de l’activité quotidienne de l’infirmière, mais le potentiel de guérison d’une plaie va dépendre des conditions locales et de l’état général du patient.
Une plaie peut se définir comme une interruption du revêtement cutané, de quelque cause qu’elle soit.
Elle peut être superficielle, n’intéressant que l’épiderme, une partie du derme ou être profonde avec exposition du tissu sous cutané.
Schématiquement le processus physiologique de cicatrisation de cette plaie aiguë, progresse approximativement entre deux et quatre semaines.
Il se décline en 4 phases pendant lequel un processus cellulaire et moléculaire complexes vont se dérouler :

La phase inflammatoire-détersive (elle peut durer de trois jours pour les plaies aiguës à plusieurs semaines ou mois lorsque ce mécanisme est interrompu)
La phase proliférative (prolifération du tissu de granulation dépendant de la présence locale de facteurs de croissance).Cette phase peut durer jusqu’à trois semaines voire plus selon l’évolutivité de la plaie.
La phase épidermisation (fermeture de la plaie à partir des bordures ou des annexes cutanées)
La phase de remodelage correspondant à la maturation de la cicatrice avec une transformation du tissu de granulation primaire en tissu épithélialisé cicatriciel et ce pendant plusieurs mois voire une année ou plus.
Cette cicatrisation repose donc sur un équilibre fragile entre une synthèse tissulaire et une dégradation tissulaire.

Quand cet équilibre est perturbé, la plaie ne cicatrise pas efficacement et on constate une évolution peu favorable dans les trois semaines qui suivent.
Ces plaies « à retard de cicatrisation » cicatrisent difficilement et sont souvent qualifiées de « CHRONIQUES ».
Cependant, ce n’est pas nécessairement utile, car le terme « chronique » ne signifie-t-il pas une longue durée de soins, un développement lent, douloureux associé à une notion de temps (supérieur à trois semaines) ce qui nécessite d’attendre avant de déterminer si la plaie stagnante mettra du temps à guérir. De plus, ce terme de chronicité peut exclure les plaies aiguës ( ex: les plaies chirurgicales) qui ont du mal à cicatriser et qui nécessitent malgré tout une prise en charge rapide.
Par conséquent, nous parlerons de « plaie aigues » ou de « plaies à retard de cicatrisation » pour décrire ces plaies dont la cicatrisation est ralentie ou difficile.

De nombreux facteurs, autres que la durée influencent la capacité d’une plaie à cicatriser.
L’évaluation initiale de la plaie doit nous amener à nous poser des questions sur les facteurs généraux de retard de cicatrisation car l’étiologie de ces plaies est souvent multifactorielles.
La détection précoce de ces facteurs nous donne la possibilité de mettre en œuvre des protocoles qui peuvent accélérer la cicatrisation.

Les facteurs du retard de cicatrisation

Quels peuvent être ces facteurs généraux de retard de cicatrisation ?
L’âge qui entraîne une diminution de la prolifération cellulaire, de la néo vascularisation, une phase inflammatoire retardée ou une épithélialisation plus lente.
L’hypoxie et l’anoxie tissulaires retardent la cicatrisation (les artériopathies, l’insuffisance veineuse, lymphœdème)
Le Diabète déséquilibré modifie considérablement la vascularisation ( neuropathies périphériques
L’insuffisance rénale dialysée
Les maladies auto immune, les traitements iatrogènes, les traitements immunodépresseurs (chimiothérapie, radiothérapie, corticothérapie, …) L’infection de la plaie qui entraîne un déficit de cicatrisation et prolonge un syndrome inflammatoire
L’état nutritionnel qui joue un rôle sur la phase de prolifération des enzymes de la matrice extracellulaire (collagène)
Les problèmes d’appui ou de frottements chroniques qui entraînent une hyperkératose, durillon, fissure, phlyctène ou escarre …
La douleur par excès de nociception (dues aux phénomènes inflammatoires, voire infectieux liés à la plaie), douleurs neuropathiques, mixtes ou psychogènes.
Les conditions d’hygiène de vie , le tabac ,l’alcool, la malnutrition… Dans tous les cas , face à une plaie il faut connaître le processus de cicatrisation, en observant la plaie et détecter la cause principale et rechercher les facteurs de retard de cicatrisation ou les comorbidités associées.
Ces plaies à retard de cicatrisation quelle que soit l’origine, relèvent le plus souvent d’une prise en charge multidisciplinaire de longue durée.

Les centres de plaies et cicatrisation permettent de coordonner la prise en charge et le suivi de patients porteurs de plaies complexes.
Une amélioration de la coordination pour les personnes soignées est nécessaire et cela permet de prendre en charge une plaie plus précocement et d’éviter les complications

Les patients sont orientés vers la Consultation Plaies et cicatrisation par leur IDE libérale ou par le médecin traitant.
Les consultations durent environ ½ heures ou 45 min pour la 1 er consultation le temps de l’interrogatoire et du soin.
Au cours de la consultation, un diagnostic est posé, aidé, si besoin par la réalisation d’un écho doppler, scanner, prélèvements bactériologiques … Les soins sont prodigués avec nettoyage, détersion, parage de la plaie, réfection du pansement sous anesthésie locale ou autre si nécessaire
Un protocole de soin et de suivi est établi (patient enregistré sur PACCO GLOBULE), remis au patient et adressé au médecin traitant et aux infirmières libérales.
Notre rôle consiste aussi à optimiser la prise en charge des patients en harmonisant nos pratiques professionnelles, en assistant les différents acteurs soignants, en travaillant en synergie avec IDEL et médecins. Notre mission relève à la fois de l’acte de soin et de l’acte pédagogique car nous organisons régulièrement des formations intra ou extra hospitalières.
L’idée est de créer du lien entre les différents secteurs et professionnels

Les consultations ont lieu sur deux sites :

Cenon 1 rue Condorcet 33150
La consultation regroupe une équipe pluridisciplinaire Celle ci est composée d’un chirurgien Vasculaire Dr Maxime Sibé, d’une infirmière experte plaie et cicatrisation Christelle Andrieu et d’une secrétaire médicale Magalie Cahoreau La prise de rendez-vous s ‘effectue auprès du secrétariat au 05 56 32 06 32 ou
Mme Christelle Andrieu IDE au 06 83 39 50 82
Le centre est ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 18h 30

Floirac Clinique du Tondu 46 rue Alfonséa 33270
La consultation regroupe une équipe pluridisciplinaire Celle-ci est composé d’un chirurgien Vasculaire Dr Julie Brouillet, d’une infirmière experte en plaie et cicatrisation Christelle Andrieu et d’une secrétaire médicale Béatrice Glain La prise de rendez-vous s’effectue auprès du secrétariat au 05 56 96 96 00 ou
Mme Christelle Andrieu IDE au 06 83 39 50 82

Christelle Andrieu

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.