fbpx
temoignage formatrice journal des infirmiers

Être formatrice : une vie pleine de rebondissements

Ecrire un article sur mon expérience professionnelle… Bien sûr, mais, par où commencer… Comment résumer en quelques lignes presque 40 ans de vie professionnelle ?

Ecrire un article sur mon expérience professionnelle… Bien sûr, mais, par où commencer… Comment résumer en quelques lignes presque 40 ans de vie professionnelle ?

Fille d’un maître d’hôtel et d’une couturière (qui aurait tellement aimé pouvoir faire ce qu’elle appelait « le plus beau métier du monde » ), j’hésitais entre « l’École Normale d’Instituteur » comme on disait alors à l’époque et l’école d’infirmière.
Mon choix a vite été influencé par mes parents pour qui il était difficile d’assurer financièrement mes études dans une autre ville que celle où nous vivions.

Juste diplômée, je travaille dans un service de chirurgie générale « homme » (en 1970, il était fréquent d’avoir des services différents pour les hommes et les femmes) Donc des malades de chirurgie digestive, urologique, orthopédique et traumatologique. A cela ajoutez une chambre réservée aux patients qui n’étaient « pas transportables » vers les grands hôpitaux de la région.
Très vite, j’ai organisé mon travail entre les soins aux malades et ce qui n’avait pas encore de terme spécifique « la pédagogie et la formation » ; pour moi il s’agissait d’une transmission normale, naturelle et agréable de ce que je savais faire aux élèves qui arrivaient en stage dans le service ou je travaillais.…


Devenir Formatrice

Au bout de deux ans d’exercice, la directrice de l’école ou j’avais fait mes études, m’a demandé de participer à la préparation en tant que professeur au concours spécialement organisé pour les aides soignants qui souhaitaient devenir infirmière….
Une promotion de 12 élèves. Je me souviens encore de l’émotion ressentie le jour de mon premier cours, et lorsque je l’ai partagée à mes « premiers élèves, », ils m’ont confié qu’eux aussi, avaient peur… on leur avait dit que j’étais exigeant.
Cette expérience étant satisfaisante, me voilà « monitrice » dans cette école, et bientôt la nécessité d’avoir une formation et le diplôme correspondant à mon travail devient une évidence, et j’arrive à Bordeaux.
Certifiée apte aux fonctions d’infirmière monitrice, (CAFIM) j’ai commencé à l’école St André, à Bordeaux, qui a disparu depuis.
Donc oui, infirmière, un temps très court, car les volontaires pour la formation ne se précipitaient pas …
Parce que c’est un drôle de métier, apprécié quelquefois, souvent critiqué, ces critiques émanant de l’activité la plus inconfortable, celle d’évaluateur.
Concevoir et mettre en œuvre un projet pédagogique, préparer un cours, une séquence d’enseignement, aller en stage voir travailler les étudiants et évaluer leur travail.

Un jour, cela devait faire une quinzaine d’années que j’étais formatrice, une surveillante m’a demandé si je n’étais pas lasse « de faire toujours la même chose »…
La question m’avait interloquée, je ne me l’étais jamais posée ainsi, car la différence avec un autre métier, c’est que nous sommes amenées à travailler avec un groupe d’étudiants qui changeait tous les deux, puis trois ans, une grande diversité de discipline, de la traumato en passant par la cardio, la pharmaco, la législation et l’éthique et j’en oublie, non sans avoir nommé celle qui chapeaute le tout, le Soin à la personne malade qui est au cœur de la formation ce qui m’a amenée à dire que nous étions des « touche à tout » de la pédagogie, et puis, j’ai travaillé avec 7 directrices différentes, 7 programmes de formation…mais je n’ai jamais compté le nombre d’étudiants que j’ai rencontré !

Mes étudiants

“le désir de faire un métier « utile » comme car ils n’osent peut être pas annoncer les valeurs qui leur sont propres avant qu’elles ne deviennent leurs valeurs professionnelles.”

Je dirais qu’ils sont un peu les mêmes qu’il y a 40 ans et en même temps qu’ils sont totalement différents: il y a chez eux le même élan qui les anime : le désir de faire un métier « utile » comme ils disent car ils n’osent peut être pas annoncer les valeurs qui leur sont propres avant qu’elles ne deviennent leurs valeurs professionnelles.
Pas du tout les mêmes car il y a presque 40 ans l’élève n’avait pas d’ordinateur, de téléphone portable…Il était davantage dans une situation de reproduction d’un modèle, (d’ailleurs le terme « moniteur.trice, vient du latin « monitore » qui signifie « celui qui montre, qui avertit, qui guide »)
J’ai commencé avec une craie blanche et un tableau noir ou vert, et ma première promo comptait 12 élèves… Maintenant, c’est micro, vidéo projecteur et lecture de DVD… Les ronéos stencils sont remplacés par des « polycops » quand j’ai arrêté, il étaient 150 étudiants.

Annie le Forestier

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.